Article

Home   /   Vie interne   /   Blog des élèves   /   Légende urbaine japonaise 1

Légende urbaine japonaise 1

Bonjour, je m’appelle Alice et je suis en 5°. J’ai deux amies Élise et Romane, nous sommes dans la même classe.

J’avais invité les filles pour le week-end et demain on devait retourner au collège.

Dimanche:

On était en train de regarder la TV et en l’allumant on est tombé sur les infos. Il disait qu’une sorte de fantôme très ancien était revenu au Japon. Il s’appelait Kuchisake onna. Le journaliste ne savait pas grand chose sur cette chose mais ils savent juste qu’elle porte un masque pour cacher son sourire et qu’elle poserait toujours la même question aux gens qu’elle croise. Personne ne sait quelle question elle pose car les personnes qui l’ont croisée ne sont jamais revenu témoigner. Avec les filles ont n’a pas réussi à dormir avant 3:00 du matin pratiquement car cette histoire nous avait terrorisées.

Lundi:

En retournant au collège, tout le monde ne parlait que de ça et apparemment une élève avait disparu. En cours, le directeur était passé dans la classe et il a parlé plus précisément de Kuchisake onna et il nous avait raconté son histoire.
«C’était une très belle femme, qui a vécu il y a déjà des centaines d’années. Elle était mariée à un samouraï mais quand son mari était parti, elle lui était infidèle. Le samouraï l’ayant su, était très jaloux alors quand il trouva sa femme, avec son épée, il lui fendit un sourire sur le visage et il lui dit: Qui te trouvera belle, désormais».
A la fin des cours, il était tard (17h45 au moins), Élise était rentrée toute seule. Avec Romane, on avez peur qu’il lui arrive quelque chose mais elle avait insisté pour rentrer seule donc on l’a laissé faire.

Mardi:

On n’a pas vu Élise de toute la matinée, alors en espérant que rien ne lui soit arrivé, on a juste pensé qu’elle était malade. Le directeur est venu dans notre classe pour nous annoncer la disparition d’Élise et il a demandé si on ne savait pas quelque chose. J’ai levé la main et je lui dit qu’elle était rentrée seule, alors le directeur nous a dit que dimanche soir, une élève avait aussi disparu et qu’avec les autres profs, ils avaient suggéré que c’était Kuchisake onna qui les avaient tués. Romane et moi étions sous le choc.
Le soir, on est allé chez Élise et c’est sa mère qui nous a ouvert, elle avait l’air indifférente suite à la disparition de sa fille, alors on lui demandait où était Élise et elle nous a dit qu’elle était dans sa chambre mais qu’elle est rentré tôt ce matin car Élise était cachée chez une amie ou quelque chose dans le genre. Quand on est entré dans sa chambre, on l’a vue et on avait l’impression qu’elle avait était recousue sur la joue près de l’oreille. La première chose qu’elle nous a dit c’est: «Kuchisake onna». Elle nous avait tout expliqué. «J’étais allée à la boulangerie pour m’acheter des bonbons et après j’ai pris la route pour rentrer chez moi. Au bout de quelques minutes, je l’ai vue, elle portait un masque et elle m’a demandé si je la trouvait belle, je ne voulais pas être impolie, donc j’ai répondu oui et c’est là qu’elle a enlevé son masque et m’a reposé la même question et je lui encore dit oui. Elle a sorti une paire de ciseaux et elle m’a dit que comme je trouvais ça joli elle allait me faire la même chose. J’ai fait tomber mes bonbons sous la panique et je ne sais pas pourquoi, elle semblait attirée alors je me suis enfui mais avant de faire tomber mes bonbons, elle a réussi à me faire ce trait.»
Élise nous a dit qu’elle devait rester chez elle encore deux jours, le temps que sa blessure cicatrise. Mais j’ai dit que tous les élèves n’allaient pas s’acheter des bonbons tous les jours pour faire fuir Kuchisake onna. Les filles étaient d’accord avec moi mais je lui ai quand même demandé si Kuchisake onna ne lui avait pas dit autre chose car l’élève disparu n’avait toujours pas fait signe de vie. Élise nous avait dit qu’elle n’avait rien dit d’autre et que de toute manière, elle était trop effrayée pour écouter.

Jeudi:

On avait dit au directeur qu’Élise n’avait pas disparu et qu’elle était chez elle mais qu’elle a bien était attaquée pas Kuchisake onna. Il nous a dit qu’elle avait eu beaucoup de chance.
Le soir, Élise est venue nous voir. Il était tard et il n’y avait pas beaucoup de lumière. Romane voulait prendre un raccourci mais Élise ne voulait pas, alors Romane a dit qu’elle pouvait rentrer seule et elle insista. On l’a laissé faire, on ne voulait pas mais elle a vraiment insisté et nous sommes parties. Quelques minutes plus tard, on a aperçu une silhouette et Élise m’a dit de courir, la femme était Kuchisake onna. Elle m’a attrapé le poignet, alors Élise s’interposa et Kuchisake onna a posé cette question «Suis-je belle ?». Élise n’a pas répondu alors Kuchisake onna ajouta «Pas de parole, pas de jeu». Élise ne répondit toujours pas alors Kuchisake onna nous laissa partir. En rentrant chez Élise je lui ai demandé comment elle connaissait autant de chose sur Kuchisake onna et elle me dit qu’elle avait fait beaucoup de recherches sur elle après s’être fait attaquer.
Quelques heures plus tard, la mère d’Élise m’a autorisé à rester ici pour dormir avant d’aller me coucher j’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu Kuchisake onna qui tenait la tête de Romane et elle a disparu alors je me suis dit que c’était juste une hallucination et j’ai dit à Élise «Tu crois que Romane va bien?», Élise me répondit «Oui, sûrement, elle sait se défendre»
Sans savoir que ce que j’ai vu n’était pas une hallucination.

FIN